Lenz

GEORG BÜCHNER / SIMON DELÉTANG

27 octobre > 06 novembre 2020 à 20h00

« Vous n’entendez rien ? Vous n’entendez pas la voix effroyable qui crie partout à l’horizon et que l’on nomme d’habitude le silence ? » Georg Büchner – Lenz

 

La tournée de Lenz, une marche à travers les Vosges, initialement prévue du 21 avril au 1er mai 2020 est reportée du 26 octobre au 7 novembre 2020.

 

Calendrier et lieux des représentations

 

Mardi 27 octobre 20 h 00 Théâtre de Poche - Parc de Wesserling

Jeudi 29 octobre 20 h 00 Foyer St Erasme - Uffholtz

Samedi 31 octobre 20 h 00 Château de la Neuenbourg - Guebwiller

Lundi 2 novembre 20h 00 Domaine du Beubois - Orbey

Mercredi 4 novembre 20 h 00 Salle des Fêtes - Thannenkirch

Vendredi 6 novembre 20 h 00 Salle des Fêtes – Metzeral

 

Fort du succès de ce projet initié en 2017 avec le Parc naturel régional des Ballons des Vosges, Simon Delétang reprendra sa marche pour la troisième année consécutive en direction cette fois du nord-est du territoire, dans les Vosges alsaciennes. Depuis Bussang, Simon Delétang traversera le col en direction de la plaine et des vallées de Saint-Amarin, Guebwiller, Munster et Orbey pour se rendre jusqu’à Thannenkirch. Pour rejoindre le Théâtre du Peuple, il remontera ensuite le long des crêtes, en passant par le Hohneck et le massif du Ventron. Au rythme quotidien de la randonnée, il se rendra de village en village et présentera le soir dans un lieu d’étape le texte mythique de Georg Büchner. Acteur et metteur en scène de ce spectacle, Simon Delétang va à la rencontre des habitants du territoire avec cette carte de visite poétique.

 

>>> REPLAY - Lenz, à la croisée des chemins <<<

3 raisons de voir le doc sur Simon Delétang du Théâtre du Peuple Bussang

Documentaire réalisé par Jérémie Cuvillier

 

Distribution

De Georg Büchner

Mise en scène scénographie et jeu Simon Delétang

Son Nicolas Lespagnol-Rizzi

Costumes Marie-Frédérique Fillion

Lumière Sylvain Tardy

Regard complice Anthony Poupard

Scénographie Simon Delétang

Régie générale Nicolas Hénault

Production

Le projet Lenz, une marche à travers les Vosges est initié par le Théâtre du Peuple - Maurice Pottecher en coopération avec le Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

En partenariat avec les associations Collectif des Possibles- Wesserling, Foyer Saint-Erasme-Uffholtz, Le Jardin du Livre et Les Amis du Taennchel-Thannenkirch, l’Atre de la Vallée- Domaine du Beubois-Orbey, les communes d’Uffholtz, Thannenkirch, Metzeral, les Communautés de Communes de la vallée de Saint-Amarin, de Thann-Cernay, de la Région de Guebwiller, de la vallée de Munster. Le projet reçoit le soutien financier de la Région Grand Est.

Le texte Lenz de Georg Büchner, traduction Georges-Arthur Goldschmidt est publié aux éditions Vagabonde.

Création le 16 avril 2018 à la salle des fêtes de Bussang.

Dans la presse

Nous voici reconnectés à une tradition passionnante. C'est un projet que l’on aime déjà pour la même candeur profonde qu’il brandit. Marcher pour resserrer les liens, comme une foi enfantine en cet improbable troc, qui fait espérer au randonneur, après tant de dépense et de patience, une récompense symbolique autrement inaccessible. Ce Lenz pédestre à la romanesque ambition est destiné à devenir «carte de visite» sur l’ensemble du parc des Ballons, que Simon Déletang compte bien arpenter chacune des années de son mandat (quatre ans), chaque fois dans une direction cardinale différente. Libération, avril 2018

***

Simon Delétang marche pour Bussang

À la tête du Théâtre du Peuple de Bussang depuis un an et demi, le comédien et metteur en scène multiplie les initiatives pour mieux irriguer le département vosgien, y compris en dehors de la période estivale.

Ainsi du projet « Lenz », un « pèlerinage théâtral » autour du texte de Georg Büchner, qu’il reprendra au printemps pour la deuxième année.

Marcher tout le jour à travers les Vosges, jouer la nuit dans les villages constellant sa route. Simon Delétang s’est astreint à cette discipline au printemps dernier, parcourant quotidiennement entre 16 et 25 kilomètres en compagnie d’un petit groupe de volontaires, s’arrêtant le soir pour interpréter Lenz, de Georg Büchner, ici dans une salle des fêtes, là dans une église.

« Ce projet est la quintessence de ce que je souhaite développer pour Bussang », explique le jeune directeur du Théâtre du Peuple, nommé en septembre 2017 pour un mandat de 4 ans. Après avoir arpenté le Parc naturel régional des Ballons des Vosges jusqu’à Waldersbach, il s’apprête à renouveler l’expérience du 30 avril au 11 mai prochains, cheminant cette fois en direction du Sud. Un « pèlerinage théâtral » qui verra le comédien et metteur en scène se produire un soir sur deux, dans huit villages différents. En 2018, chaque représentation a réuni entre 80 et 130 personnes.

« Aller à la rencontre des habitants au rythme de la marche est une manière de revenir à l’origine du geste de Maurice Pottecher, le fondateur du Théâtre du Peuple, qui disait en substance que l’art se ressource au contact de la nature, souligne Simon Delétang. Tout s’ouvre quand on marche, il n’y a pas de position de surplomb par rapport aux spectateurs. » Lenz a aussi l’avantage de représenter un faible coût pour le théâtre, dont les subventions publiques ne couvrent que la moitié du budget. Le jeune directeur s’en accommode, qui, pour pallier les difficultés financières, fait le pari d’un « théâtre brut ».

Il parle de sa fonction comme d’une « mission » et fait de l’itinérance « une réponse politique à l’abandon des territoires. Au XIXe siècle, un train allait jusqu’à Bussang, rappelle-t-il. Aujourd’hui, il n’y a plus de train, l’école primaire est menacée de fermeture, la vallée s’est désindustrialisée, les jeunes s’en vont… Le théâtre du Peuple est une oasis qui maintient une forme de vie. » La Croix, mars 2019

***

Pendant la marche, des randonneurs peuvent se joindre à lui, au groupe, échanger, se découvrir et sans doute aussi s’imprégner, par la marche, du spectacle auquel ils vont assister le soir. Dans son exercice de marche, Simon Delétang à besoin de s'isoler et dit à voix haute le texte. Il va ainsi «porter les mots après avoir marché...» forme singulière et combien intérieure d'un texte chaque jour à l'épreuve de l'effort, du temps, des pas, des cadences, des odeurs des champs, des lieux traversés. Je ne serai pas un compagnon de rando mais rien que la dé-marche me procure le plaisir de cette façon d'associer l'art pour l'humanité, qui est d'ailleurs la devise du Théâtre du Peuple-Maurice Pottecher. Mediapart